course à pied - étiopathie-valence-blache-ughetto-courseàpied-etiopathe

L’étiopathie et le sport : Course à pied

Définition de l’étiopathie

L’étiopathie est une thérapie exclusivement manuelle basée sur une approche mécaniste du corps humain, en accord avec les différentes lois de la biologie.

L’étiopathe cherche à trouver la ou les causes mécaniques d’une pathologie.

Il s’en suivra, enfin, le geste manuel permettant de rétablir l’intégrité des systèmes articulaires, viscéraux ou circulatoires d’un individu pour stopper les symptômes.

COURSE A PIED ET ETIOPATHIE

 

1. Analyse de l’effort, du mouvement et des contraintes:

Le coureur effectue un mouvement répétitif, dont le bon déroulement découle de l’intégrité de ses systèmes articulaires, musculaires et nerveux.

En effet :

– Le système articulaire permet et limite le mouvement,

– Le système musculo-tendineux est initiateur et acteur principal du mouvement,

– Le système nerveux donne les ordres et collecte les informations essentielles.

Cette intégrité donnera au coureur les capacités d’adaptation nécessaire pour faire face : à la fatigue provoquée par ce mouvement et aux modifications de relief du parcours.
Pour augmenter ses capacités et surtout pour ne pas les diminuer la chaussure doit-être la plus adaptée à la structure de l’athlète et aux contraintes imposées par le parcours.

Ce qui nous intéresse c’est l’intégrité des différentes structures du coureur. Les programmes d’entraînements et les coachs  sont là pour faire évoluer les capacités des muscles, des articulations, ainsi que leur synchronisation = le mouvement.

Exemple : travail de la foulée avec une arrivée en légère flexion etc.

L’organisation anatomique et physiologique de l’Homme est faite pour permettre la marche et la course, alors lorsque le mouvement bloque, fait mal, ou devient impossible, il est nécessaire de faire réviser sa mécanique. C’est à ce moment que l’étiopathe intervient.

2. Les zones particulièrement atteintes chez le coureur :

Rachis lombaire : lombalgie, lumbago…

– Hanche et région fessière : contracture des muscles fessiers, pelvi-trochantériens ou encore du psoas

Cuisse : cruralgie, contracture du quadriceps ou des adducteurs, sciatique…

– Genou : syndrome de l’essuie-glace ou de la bandelette ilio-tibiale, entorse, tendinite de la patte d’oie, syndrome fémoro-patellaire…

Jambe : périostite chronique, tendinite des péroniers (ou fibulaires), tendinite d’Achille…

– Cheville et pied : entorse, douleur malléolaire et du pied, aponévrosite plantaire…

etiopathe course a pied sport etiopathie valence blache jean come ughetto ciaviu romain

 

Ces pathologies sont très souvent du ressort de l’étiopathe mais nécessitent un diagnostic précis afin d’en établir la causalité. Le traitement étiopathique permettra, par son action mécanique articulaire et musculo-tendineuse, de retrouver le fonctionnement normal des structures atteintes, et ainsi de diminuer la période d’arrêt si la pathologie est prise en charge dès ses premières manifestations, ou permettre une reprise progressive et plus rapide du sport.

Le coureur peut aussi faire l’objet de traumatismes altérants les structures, où l’étiopathie ne sera pas la thérapie la plus indiquée, tels que les fractures de fatigues, déchirures / claquages / élongations musculaire voir l’atteinte des cartilages et fibrocartilages (exemple : les ménisques) des articulations.
Si le cas se présente, votre étiopathe saura identifier le problème et réorienter le patient vers les praticiens compétents.

L’intervention étiopathique permettra au coureur de se concentrer sur son objectif pour s’épanouir pleinement durant ses sorties.

NB : Pour en savoir plus sur le muscle, visionnez l’exposé de notre confrère Yann OLLIVIER, étiopathe à Grenoble et membre du groupe LDMT de la méthode LAFAY.

Vos étiopathes : J-C. BLACHE et R. UGHETTO-CIAVIU
 
Pas de commentaire